Mots-clés

, , , , ,

Dans cette interview donnée au magazine By Bling (Edition Mars 2014), Yong Junhyung revient sur la promotion de Flower, tout en faisant un point sur sa carrière et ses projets !

L’équipe de BEAST are the BEST tient à s’excuser pour le délai de traduction.

cover by bling

Nous nous rencontrons deux mois après la sortie de votre album [solo]. Comment allez-vous ces derniers temps? Comment se déroule le début de votre promotion en solo ?

Junhyung: Nous sommes en pleine tournée au Japon. Nous sommes allés à Tokyo, Nagoya et Sapporo. Je crois qu’il reste plus de 8 autres dates. En même temps que cette tournée japonaise, j’ai des shootings pour des magazines comme aujourd’hui et je travaille sur le prochain album de BEAST. Pour être honnête, à la sortie de mon album solo, il semblait plus important de finir l’année 2013 plutôt que de multiplier les apparitions dans les programmes musicaux. Comme pour marquer la fin de l’année? En un an, j’ai produit l’album de BEAST et celui de Yoseob. Pendant mon temps libre entre ces deux projets, je n’ai pas arrêté de composer. Après avoir écouté mon travail, la compagnie a décidé de sortir un album.

Avez-vous un emploi du temps bien déterminé concernant votre travail (la composition musicale)?

Junhyung: Je suis toujours en train de travailler sur ma musique. Même si j’ai des projets ou autre, je passe toujours au studio quand j’ai du temps. Et même quand je n’ai rien de prévu et que je me repose, j’ai l’habitude de me rendre au studio en premier.

Vous avez dépassé le milieu de la vingtaine. Vous devez assurément avoir des idées concernant le futur. Quand je pense à Yong Junhyung, je vois quelqu’un qui, parmi les idols, cherche particulièrement à être reconnu en tant qu’ « artiste ». Vous y mettez aussi beaucoup d’énergie. Pensez-vous personnellement avoir beaucoup d’ambition ?

Junhyung: Pour parler honnêtement, je ne cherche pas à être vraiment populaire en tant qu’artiste ou acteur. Avant nos débuts, je voulais être célèbre. Je pensais que ce serait agréable d’attirer les regards des gens quel que soit l’endroit où j’irais. Mais, le temps passant, je voulais pouvoir profiter de mon travail sans pression. C’est très difficile à obtenir, mais c’est la seule chose que je désire vraiment pour le moment. S’amuser à la télévision ou dans des émissions musicales ! Je ne veux pas d’une vie passée à travailler. Je pense en avoir assez fait l’expérience.

 Vous vous êtes préparé longtemps au métier d’idol et en y repensant, cela a dû être constructif même si vous avez travaillé par vous-même. Comment avez-vous commencé à écrire des chansons ?

Junhyung: A l’origine, je n’avais jamais pensé devenir idol. J’ai aimé les personnes venues me voir sur scène. Quand j’ai reçu leurs applaudissements et leur soutien, j’ai pu ressentir du bonheur. A cette époque, les trainees avaient interdiction de sortir du dortoir, mais je disais toujours que je voulais me rendre au studio des compositeurs. Le manager m’avait donné son accord, et quand les autres étaient coincés au dortoir, moi j’étais au studio. Ce n’était pas du « Hyung, dis-moi ci et ça », non, je les observais en silence. C’était comme un jeu pour moi. J’avais une seule pensée en tête : essayer de composer moi aussi. C’est comme cela que j’ai décidé d’écrire en premier des paroles. Après la phase d’écriture, j’ai voulu créer la mélodie, et ensuite, arranger la musique. Je n’ai pas vu cela comme une étape déterminante [dans ma carrière] : il s’agissait d’assouvir mon désir ardent [de musique]. C’est dans cet état d’esprit que je suis en ce moment. Quand je compose et arrange de la musique, je veux ajouter ma propre œuvre et non pas suivre la tendance.

Quel âge aviez-vous quand vous passiez votre temps dans le studio de votre compositeur? 

Junhyung: J’avais 21 ans à cette époque.

A cet âge vous auriez dû profiter de la vie, qu’en pensaient vos amis et les autres membres?

Junhyung: Avant tout, les autres membres ne savent pas s’amuser. (rires) Les autres comme moi sont du genre à vivre reclus. Après les entraînements ou notre emploi du temps, ils ont envie de se reposer, mais moi, je prends une douche et je sors, si bien qu’ils me regardent avec admiration. Toutefois, je n’ai jamais vu ça comme du travail, même maintenant. Pour moi, ce n’est que du plaisir.

Donc, vous n’avez jamais étudié la musique dans votre parcours scolaire?

Junhyung: Non. Je pense que les personnes qui composent seront d’accord avec moi : il n’y a aucun intérêt à apprendre la musique sous la direction d’un autre. Je pense que chacun est capable de trouver son propre style/couleur en travaillant et en se réalisant soi-même. Cela ne signifie pas que je suis sûr d’avoir quelque chose en moi, mais que sans restriction, je suis persuadé que des œuvres plus intéressantes vont être produites.

Vous-même êtes à l’origine des chansons de BEAST. Quelle est la différence entre BEAST et le solo de Yong Junhyung ?

Junhyung: Pendant la création des chansons de BEAST, j’avais beaucoup d’idées en tête. Oserais-je dire que j’en savais trop ? Puisque je savais quelle musique les fans et le public attendaient de BEAST, j’ai eu beaucoup de mal à travailler. J’avais l’impression que nous serions critiqués si nous nous éloignions, ne serait-ce qu’un peu, de leurs attentes.

Sans réfléchir, qu’est-ce que les fans attendent de BEAST, selon vous?

Junhyung: Des musiques à texte. Être malmené et triste. (rires) Avant, nous avions aussi une image forte mais lorsque notre musique devenait plus émotive, nous avons eu l’opportunité d’être plus largement reconnus. En réalité, les autres membres tout comme moi avions l’ambition de changer, mais nous étions inquiets d’entendre « pourquoi font-ils quelque chose d’aussi différent ? ». Nous avons donc beaucoup réfléchi. En écoutant leurs avis, j’avais des maux de têtes car tout le monde avait une opinion différente. A la fin, je me suis dit « oh et puis je n’en sais rien. » D’une manière ou d’une autre, nous avions une chanson qui faisait l’unanimité et c’est comme cela que le titre de l’album a été choisi. Il y avait beaucoup d’autres titres en plus des chansons sélectionnées pour l’album. Ils ont tous été transférés avec soin sur mon disque dur. (rires)

L’album solo peut être vu comme quelque chose d’allégé/simplifié. Même après l’avoir composé, j’ai plusieurs fois éliminé des éléments. Je voulais créer des chansons sans superflu. Quand j’ai composé l’album de BEAST, j’ai abondamment pensé aux différents genres et types de sons qu’il contiendrait. Comme je n’ai jamais eu de cours théoriques, je ne sais pas lire la musique. (rires) Puisque je compose sans cadre formel, je ne peux pas expliquer en détails son genre musical, mais je le peux partager à travers la simplicité et la force de l’émotion.

Cela me laisse penser que votre préférence pour les choses épurées provient de votre expérience, mais pouvez-vous nous dire à quel moment vous avez senti que le trop était l’ennemi du bien ?

Junhyung: Quand j’étais plus jeune qu’aujourd’hui, mon regard était attiré par les objets brillants et uniques. Mais avec le temps, j’ai commencé à réfléchir sur l’image que je renvoyais aux autres en agissant de la sorte. J’ai commencé à penser que par moment, c’était un peu excessif ou immature de ma part.

Ce que les gens vous envient le plus, c’est d’avoir un ami à vos côtés. Vous composez des chansons avec votre ami Kim Taejoo, quels conseils vous échangez-vous ?

Junhyung: C’est un camarade de lycée et nous sommes amis depuis 9 ans. Nous avons des goûts similaires. Si je trouve une chose cool, il est d’accord avec moi. Par moment, nous sommes en train de travailler et nous allons dans une direction bizarre, alors nous le faisons remarquer à l’autre. Je crois que nous nous retenons mutuellement, non ?

Votre ami [Taejoo] a commencé la musique au lycée?

Junhyung: Nous suivions tous les deux un cursus théâtre/comédie. Il était étudiant en théâtre mais faisait de la musique comme passe-temps. Si vous écoutiez la musique qu’il a composée à l’époque, vous trouveriez qu’elle n’a aucun sens. (rires) La manière dont il a composé cette musique vous ferait bien rire. Je trouvais intéressant qu’il compose de la musique à cette époque, mais après avoir débuté, j’ai commencé à m’impliquer personnellement dans la création musicale. Et puis j’ai pensé à lui. Je n’arrivais pas à évaluer ma propre musique. J’étais trop gêné pour laisser nos compositeurs et les autres membres l’écouter. Je l’ai donc contacté pour lui proposer de travailler ensemble.

Vous écrivez le nom des compositeurs dans les albums et à chaque fois vos deux noms sont côte à côte. Ne souhaitez-vous pas que votre nom apparaisse seul ?

Junhyung: Nous travaillons différemment sur chaque chanson. Pour certaines d’entre elles, je crée la mélodie et écris les paroles, lui, améliore certaines parties. Pour d’autres titres, il compose tout et j’édite son travail. Ce n’est pas fréquent, mais nous pensons que nous nous aidons en permanence l’un l’autre. Au mépris du profit, nous formons un tout.

Dans une autre interview, vous avez déclaré que vous comptiez travailler ensemble pour toujours. N’est-ce pas une déclaration un peu dangereuse ?

Junhyung: Bien sûr, on ne peut pas savoir de quoi sera fait demain. Toutefois, je suis plutôt confiant pour l’instant. Je crois aussi qu’il n’y pas de meilleur partenaire pour l’autre. Malheureusement, nous pourrions être amenés à nous séparer, mais j’espère travailler avec lui pour toujours et je pense que ce sera le cas.

A l’exception des fans qui peuvent le connaître, peu de gens savent qui est Kim Taejoo. S’il-vous-plaît, dîtes-nous quelle autre musique en dehors de BEAST il a produite.

Junhyung: Pour la plus grande partie, il travaille pour moi et apporte son aide à d’autres quand ils lui demandent. La majeure partie de son travail est réalisée avec moi. Mon ami et moi pensons tous deux que nous ne devrions pas nous éparpiller pour le moment.

Avant de composer, d’où tirez-vous votre inspiration?

Junhyung: Nous ne nous disons pas “Réfléchissons à ce qu’on doit faire” mais nous faisons chacun de notre côté des essais. Alors quelqu’un lance une idée à partir de laquelle nous ajoutons des éléments pour donner forme à une histoire. Nous choisissons toujours le titre en premier puis nous discutons de l’histoire. Si nous parvenons à en déterminer un de bien, nous écrivons le refrain puis nous faisons fonctionner des accords avec.

Je peux voir vos progrès à vue d’œil ! Qu’étudiez-vous ces derniers temps ?

Junhyung: Au lieu d’étudier, je préfère m’exercer à l’écriture. J’écris des mots, de longues phrases etc. qui me viennent à l’esprit. Au début je n’en étais pas capable, mais ne pas pouvoir me les rappeler m’énervait. C’est comme ça que j’ai pris l’habitude d’écrire mes idées sur papier. Je pense que cela m’a beaucoup aidé.

Lorsque j’ai écouté les titres de Yong Junhyung, j’étais curieux(se) de voir si vous alliez vous diriger vers un son rock ou hip-hop. Quel genre musical écoutez-vous habituellement ?

Junhyung: J’écoute beaucoup de musique électronique et du hip-hop. Je pense que je recherche des musiques excitantes. Au lieu d’essayer de les copier, je me dis « donc ça peut être fait de cette manière », et j’apprends beaucoup de ces titres. J’écoute énormément de ballades tristes, mais je suis incapable d’en composer. (rires)

Lorsque je rencontre des jeunes compositeurs, ils ont de grandes ambitions. Ils rêvent aussi d’être connus à l’étranger. Qu’en est-il de Yong Junhyung ?

Junhyung: Des fois, pour plaisanter, nous disons « allez, créons un hit pour le classement du Billboard ! ». Ce serait sympa si cela arrivait. Néanmoins, mon ami et moi souhaitons avant tout rendre ceux qui écoutent notre musique heureux. Nous voulons aussi attirer l’attention des autres musiciens sur notre travail. Nous espérons qu’un jour, ils lâchent un soupir après l’avoir écoutée. Qu’ils en soient au stade de « (soupir) Comment ont-ils composé un titre pareil ? ». Selon moi, c’est une compétition productive. Nous aussi sommes franchement stimulés quand nos artistes favoris sortent de nouveaux titres et nous les écoutons tous.

Le mini album Mastermind, sorti en 2010, a été composé par Yong Junhyung et les paroles ont été écrites par Shinsadong Tiger. Comment était-ce de travailler avec un célèbre compositeur?

Junhyung: Je connaissais Tiger hyung avant qu’il ne devienne célèbre, donc il n’y avait pas de pression. Vu que je le voyais plus comme un hyung proche que comme un compositeur, je n’étais pas stressé.

Vous avez composé et écrit les paroles de tous les titres du second album. Avez-vous ressenti une quelconque jalousie de la part des autres membres ? Ont-ils tous aimé cet album ?

Junhyung: Je ne pourrais pas dire si les membres ont été gentils ou s’ils ont aimé l’album mais ils m’ont beaucoup soutenu. Ils me disaient que j’étais persévérant et impressionnant. Ils m’ont aussi donné leur avis sur les parties qui n’allaient pas. Ils répétaient que si un des membres était capable de composer, alors plus rien ne s’opposerait à nous.

Est-ce que certains membres ont déjà voulu composer? Vous ont-ils demandé de leur apprendre à le faire ?

Junhyung: Certains ont émis le souhait de composer un titre mais sans chercher plus. Honnêtement, la composition prend beaucoup de temps. N’ayant pas beaucoup participé à des émissions de variété auparavant, j’ai préféré dire à mon agence que ces émissions étaient trop dures pour moi et que je préférais me consacrer à la composition. (rires)

En 2011, vous avez déclaré dans une interview que vous rêviez de produire votre propre album. Etes-vous le genre de personne qui tient les promesses qu’elle fait ?

Junhyung: Non, seulement quand je me fixe un objectif et que je réfléchis à la manière de le concrétiser. Je n’aime pas me sentir inutile après avoir échoué à réaliser l’objectif que je m’étais fixé, parce que cela m’effraie. J’aime prendre les choses comme elles viennent naturellement.

A cause de votre statut d’idol, vous devez faire attention à plusieurs choses lorsque vous écrivez des paroles. Les fans ont tendance à extrapoler leur signification.

Junhyung: Si je commence à penser de cette façon, alors je ne produirais quelque chose de forcé. Par exemple, quand j’écris une chanson d’amour, les fans semblent réfléchir beaucoup à sa signification. Néanmoins, je veux les laisser libres dans leur interprétation. Et puis mes fans sont plus solides maintenant. (rires) Je les ai rendus plus forts, c’est ce dont je suis le plus content.

Pensez-vous avoir trouvé votre propre couleur musicale? Si oui, de laquelle s’agit-il?

Junhyung: J’espère que les autres penseront que j’ai en moi ce qu’il faut pour. Je crois qu’il s’agit de l’esprit Yong Junhyung.

A moins que vous ne soyez accompagné par quelqu’un, je pense qu’il est difficile de percevoir votre vraie personnalité. Comment êtes-vous au naturel ?

Junhyung: Je ne suis pas très courageux mais je dis ce que j’ai à dire. Je me plains souvent, donc il arrive que les personnes de mon entourage soient celles que mes mots ne blessent pas, car elles les voient comme un aspect de ma personnalité. Je ne me mets pas facilement en colère, mais quand cela arrive, c’est une explosion, à  tel point que je me fais peur. A ces moments-là, mon ami Kim Taejoo me prend à part et me calme.

Vous avez aussi déclaré que les vêtements vous intéressaient ! Est-ce vous qui décidez de votre style vestimentaire ?

Junhyung: Je suis juste intéressé par le stylisme. Je suis incapable de m’habiller correctement, j’aime juste ça. Quand je vois des gens qui sont bien habillés, je les trouve classes. Je n’essaie pas vraiment de suivre les tendances, mais je cherche ce qui attirera mon attention. Que ce soit à la mode ou bien inconnu, si j’en ai vraiment envie, je l’achète. C’est pourquoi, je ne dirige pas tant mon style, mais je donne mon avis à partir de ce que les professionnels me proposent. Si certaines pièces semblent trop éloignées de mon style, je leur demande alors de les retirer. Je pense qu’il est nécessaire de réfléchir à son style au moins une fois. Si vous ouvriez mon placard là maintenant, ce n’est que du noir. (rires) J’aime les vêtements sans imprimés. Néanmoins, je suis fan des chaussures à  la mode.

Vous avez aussi repoussé vos limites en devenant acteur. On dirait que vous n’avez pas peur de relever des défis. Qu’en pensez-vous ?

Junhyung: Je voulais essayer la comédie. J’aime aussi regarder des films. Voilà ce que je pense : la musique et la comédie demandent chacune que l’on révèle l’intérieur de nous-mêmes. J’étais attiré par l’idée d’être capable de m’exprimer et je voulais le faire correctement. Là encore, je n’ai pas reçu de cours de comédie, mais j’ai eu des mentors. De grands acteurs m’ont conseillé. Je suis aussi du genre à demander de l’aide sans m’en formaliser. Je pense que si je n’ose même pas demander de l’aide aux autres, alors c’est moi qui suis en tort. Si je demande de l’aide sans détour, alors la plupart du temps l’autre personne accepte volontiers [de m’aider].

N’étiez-vous pas un peu stressé de jouer la comédie?

Junhyung: On a l’impression d’entrer dans un autre monde. Avant de commencer le tournage, j’étais inquiet de ce qu’allaient penser les nombreux membres du staff. Mais, dès que l’on a commencé, toutes ces inquiétudes ont disparu de mes pensées. Tout d’un coup, j’étais en grande concentration.

Malgré tous les défis relevés, j’ai l’impression que vous n’avez pas encore pu montrer tout votre potentiel. Ne pensez-vous pas que d’autres opportunités seront nécessaires à Yong Junhyung pour se faire un nom en tant que artiste-compositeur ?

Junhyung: L’idée de continuer à produire de la musique ne m’inquiète pas vraiment. Je ne compte pas non plus me vanter. Ce n’est pas cool. (rires) Je veux juste le faire jusqu’à être reconnu pour mon travail. Ils finiront bien par entendre parler de moi un jour ou l’autre, non ?

J’ai entendu dire que vous ne dépensiez pas l’argent que vous gagniez. Vous n’êtes pas du genre insouciant, c’est ça ?

Junhyung: Même lorsque j’achète un teeshirt, je réfléchis beaucoup à cet achat. Je me demande si je le porterai vraiment ou non. Normalement, je n’achète un objet qu’après une longue réflexion. Je crois que je suis conditionné par mon enfance. Ma mère est très humble. Il y a deux ans à peine, ma famille vivait dans un logement à moitié enterré. Je leur ai bien sûr trouvé un nouvel endroit d’où ils peuvent regarder ce qu’il se passe en bas. (rires)

En vous écoutant raconter tranquillement votre histoire, il semble que les idées se bousculent en vous.

Junhyung: C’est vrai, c’est aussi pour cela que je deviens bizarre quand je reste inactif. Je réfléchis à beaucoup de choses négatives, à tel point que je n’arrive pas à me reposer avant de sombrer dans le sommeil.

Le statut d’ “idol” n’est pas toujours facile à porter. Avez-vous quelques regrets ?

Junhyung: Je ne regrette rien, mais certains aspects m’attristent. Je pense que c’est le prix à payer quand on est aimé par beaucoup de gens. Il n’y a pas que des bons côtés. Je ne me rends pas malade pour autant. J’ai accepté l’idée qu’à chaque fois que l’on gagne quelque chose, on en perd une en contrepartie.

Chaque année a une couleur différente pour vous.

Junhyung: Comparée à l’année dernière, je me sens plus mature cette année. Chaque année, j’élargis mon champ de réflexion.

Vous allez sans doute beaucoup penser à votre futur.

Junhyung: S’il est vrai qu’on ne peut pas être un idol toute sa vie, je peux toujours faire de la musique. Je crois que c’est dans ce sens que je me prépare au futur. Parce que je sais tout ce que j’ai à gagner en laissant de côté l’alcool et la fête, je fais très attention. Ce ne serait pas mal de gagner beaucoup d’argent, mais je ne veux pas devenir cupide pour autant.

Enfin, je suis curieuse de savoir ce qu’un Yong Junhyung de 26 ans peut bien faire de son temps libre.

Junhyung: Je vais à la pêche. (rires) Il n’y a que la lune dans le ciel, l’eau et moi. J’apprécie vraiment ces moments où tout est calme. C’est différent d’être seul chez soi. J’aime bien aussi le bowling et passer du temps à discuter avec mon entourage. Oh ! J’aime aussi boire (de l’alcool). Avant, j’appréciais surtout l’atmosphère, mais maintenant j’apprécie la sensation de bien-être jusqu’à un certain point. Je n’aime pas boire sans penser à mes limites, etc…Je vis actuellement seul et il m’arrive de boire en écoutant de la musique tout seul. Puis je m’endors. (rires) J’aime aussi gribouiller. Avec tout ça, je ne fais pas mon âge, n’est-ce pas?

Traduction coréen-anglais: dreamboys1016
Traduction anglais-français: Mingrecords
 Source (scan de la couverture): icoys0105
Retrouvez la suite des scans ici !

Publicités